le logo de la revue le Rouge et le blanc

03 juillet 2015 Dossiers du vin > Vassal

Domaine de Vassal

La nouvelle est tombée en novembre 2013, les instances dirigeantes de l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) ont tranché : les collections de cépages du Domaine de Vassal vont déménager. Depuis, salariés du domaine, vignerons et défenseurs de la biodiversité s'inquiètent des conséquences d'un tel transfert. L'enjeu est de taille, déménager sans dommage un patrimoine végétal unique au monde.

Un débat sur le sujet s'est également déroulé lors des Troisièmes Rencontres des Cépages modestes (novembre 2013): explications et points de vue de Thierry Lacombe (Supagro-INRA), Jean-Michel Boursiquot (Supagro-INRA), Olivier Yobregat (IFV), Jean-Michel Deiss (vigneron, Alsace) et Robert Plageoles (vigneron, Gaillac) - Un film d'Olivier Pasquet (TV.TV. février 2014).
- La video
3ème rencontres des Cépages modestes

Une video de Fabrice Tessier (LeRouge&leBlanc) illustre les questions liées à ce déménagement.
- La video
Domaine de Vassal

Nous avons abordé le sujet dans LeRouge&leBlanc n°111 :
Résumé : - Un conservatoire à conserver




3ème rencontres des Cépages modestes







Domaine de Vassal






Résumé

Un conservatoire à conserver


Un siècle et demi que le phylloxera a envahi les vignobles français puis européens, sauvés par une reconstitution qui a nécessité un travail titanesque sur les cépages et les porte-greffes et a conduit aux collections de cépages installées depuis 1949-1950 au Domaine de Vassal à Marseillan-Plage : sur le littoral sableux, la nature du sol est contraire à la propagation du phylloxera, ce qui autorise la culture de vignes "franches de pied". Des collections exceptionnelles et uniques au monde, conduites par des chercheurs et des techniciens de grande compétence. On y trouve entres autres nombre de derniers survivants de cépages oubliés ou abandonnés ainsi qu'une grande variété de clones des cépages usuels, indispensables pour la sauvegarde de la diversité génétique de la vigne.
L'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) a décidé de déménager les collections à la station INRA de Pech Rouge, à Gruisan, à côté de Narbonne, ou la nature du sol interdit les francs-de-pied : les vignes seront donc plantées sur porte-greffe. Sera-ce le "même" conservatoire ? Grave question, puisque, selon les arguments même du site actuel de Vassal (www.montpellier.inra.fr/vassal), avec la vigne franche de pied sur le sol de Marseillan, on évite les risques de transmission des viroses et les troubles que pourraient apporter le greffage et le porte-greffe. Il est également possible, contrairement aux autres types de sols, d'arracher des souches, des rangs ou des parcelles et de replanter aussitôt après, sans désinfection du sol. Cet aspect facilite la gestion pratique des collections et en particulier l'introduction de nouveau matériel végétal. Ces conditions sont primordiales étant donné les objectifs fixés pour cette unité et justifient son implantation sur le cordon littoral. Il est en effet important que le matériel végétal soit conservé dans l'état sanitaire ou il a été introduit sans risquer de contaminer le reste de la collection et sans être lui-même contaminé. Qu'en est-il de ces arguments dans la perspective d'un transfert ?
On le voit, de gros risques pèsent sur l'avenir des collections de Vassal, les non-dits se mêlent au jeu des intérêts croisés : l'inquiétude des milieux viticoles est grande et les protestations se multiplient...