options
Restez en contact. Inscrivez vous à la Newsletter électronique




















Rencontre des cépages modestes - Vassal

Webmestre le 28/06/14 | Envoyer envoyer   Impression impression | Lien Permanent

domaine de Vassal (vidéo)

Webmestre le 07/04/14 | Envoyer envoyer   Impression impression | Lien Permanent

LeRouge&leBlanc transalpin/transalpino

image
Le salon Vini di Vignaioli-Vins de Vignerons – organisé tous les ans dans la petite ville de Fornovo di Taro, près de Parme, en Italie – est né d’une idée de Christine Cogez Marzani, passionnée de vin et longtemps propriétaire avec son cuisinier de mari d’un restaurant italien à Paris.

À l’origine, ce salon fut un véritable défi : faire vivre une manifestation franco-italienne entièrement consacrée aux vins “naturels” dans le cœur rural de l’Apennin émilien. Les premières éditions du salon ne furent pas faciles, mais Vini di Vignaioli-Vins de Vignerons s’est épanoui et a gagné son pari.

Les 4 et 5 novembre 2012 va se dérouler la 11ème édition, avec une centaine de domaines dont une bonne douzaine de vignerons français. Fornovo est devenu un rendez-vous annuel – plus de 3000 visiteurs – où se retrouvent non seulement vignerons, professionnels et passionnés, mais aussi des amis. L’effort du petit syndicat d’initiative local, entièrement constitué de bénévoles, apporte une touche “maison” qui n’est pas pour déplaire…

LeRouge&leBlanc sera présent à Fornovo, comme d’habitude, avec son stand, pour rencontrer abonnés et amateurs transalpins, et avec Possibilia Editore – micro-maison d’édition de notre ami et collaborateur Samuel Cogliati –, qui présentera le tout nouveau LeRouge&leBlanc | La seconda antologia.

Plus d’infos et achat en ligne sur www.possibiliaeditore.eu

Rendez-vous au prochain salon Vini di Vignaioli-Vins de Vignerons à Fornovo les 4 et 5 novembre 2012 !
Avec une adresse à ne pas manquer, le Caffè La Crepa :

Un havre gastronomique hors du temps

N’hésitez pas à faire un détour : à Isola Dovarese [carte], ancien bourg agricole à 20 km de Crémone, perdu au cœur de la plaine du Pô – où règnent champs de maïs, élevages porcins, populiculture et brouillards d’hiver – se trouve un café-restaurant hors du temps.

La place du village, de style Renaissance (œuvre des Gonzague, seigneurs de Mantoue), abrite dans le Palazzo della Guardia (XVIe siècle) depuis au moins 1832 un bistrot-alimentation que la famille Malinverno a transformé en glacier-caviste-bar-restaurant il y a une quarantaine d’années.

Ici, les frères Fausto et Franco, avec le jeune Federico qui assure la continuité, offrent une cuisine à la fois traditionnelle et raffinée. Culatello (sorte de jambon de Parme très fin), marubini ai tre brodi (ravioli servis dans un bouillon de viande), testaroli (pâtes fraîches en sauce de lapin ou de queue de bœuf), poissons de rivière (l’Oglio coule tout autour du village, le Pô n’est guère lointain), grand pot-au-feu à la manière de Crémone, tout est un régal.

Et la cave est très bien fournie en vins classiques et “nature”, italiens et étrangers (étonnants vins de Géorgie vinifiés en amphores), à prix très doux. Il vous reste à découvrir le cadre, style art nouveau/belle époque, qui sied parfaitement à la cuisine.

Caffè La Crepa
piazza Matteotti, 13
26031 Isola Dovarese (CR) – Italie
Tél. 00 39 0375 39 61 61
Infos : info@caffelacrepa.it et www.caffelacrepa.com
Webmestre le 22/11/11 | Envoyer envoyer   Impression impression | Lien Permanent

LA PAROLE DE PIERRE

image
Entretiens de PIERRE OVERNOY
vigneron à Pupillin, Jura

avec Michel Campy, Roger Gibey, Bernard Amiens, Michel Converset et Emmanuel Houillon

Édition MêtaJura
25 €


« Je suis contre le culte de la personne. Chaque fois qu’il y a eu le culte de la personne, dans n’importe quel pays, ça a conduit à des catastrophes. Alors pourquoi cette espèce de renommée, de mythe ? Je ne sais pas, parce qu’il n’y a pas de raison. », nous dit Pierre Overnoy dans cet ouvrage. Alors, pourquoi publier un livre d’entretiens avec Pierre quitte à sacrifier au culte de la personnalité ?

Parce que Pierre Overnoy est un vigneron hors-normes. Vers 1964, il voit arriver les désherbants chimiques et pressent intuitivement leur rôle néfaste à long terme sur les sols et sur les levures naturelles.

Conscient de la grande potentialité de ses terroirs, il se met en quête de méthodes douces pour extraire le meilleur de ses grappes, en recherche permanente de vins purs et vivants donnant l’expression la plus authentique de ses terroirs. En 1984, il vinifie son premier vin sans soufre...
suite…
Webmestre le 17/03/11 | Envoyer envoyer   Impression impression | Lien Permanent

Les Fondateurs de l’agriculture biologique

Les Fondateurs de l’agriculture biologique



image
Albert Howard, Rudolf Steiner, Maria & Hans Müller, Hans Peter Rusch, Masanobu Fukuoka

Yvan Besson
Éditions Sang de la Terre


Trop souvent, il se dit à peu près tout et n’importe quoi sur l’agriculture biologique.

Il est vrai qu’il manquait jusqu’à ce jour un ouvrage livrant les tenants et les aboutissants des différents courants critiques en quête, dès l’aube du XXe siècle, d’autres voies que l’agriculture intensive – industrielle – pour le travail de la terre et la production de nourritures terrestres : c’est aujourd’hui chose faite avec une véritable somme signée Yvan Besson et publiée par
Sang de la Terre (collection La Pensée écologique).

Critique sociale et « défense du sol »


C’est à un « regard holistique sur la nature, l’agriculture et la société » que nous invite ce gros ouvrage de 775 pages. Il remonte aux sources, notamment aux thèmes romantiques du XIXe siècle qui, face aux « positivismes, scientismes et autres progressismes de l’ère industrielle », marquent fortement la pensée des fondateurs de l’agriculture biologique, non seulement ceux de l’aire germanophone, mais aussi l’anglais Howard et le japonais Fukuoka.

Pour tous ces pionniers, la critique de l’agriculture industrielle – et de la crise agricole qui en découle – passe par une critique de l’économie moderne, hormis Steiner, dont le projet anthroposophique se développe dans la sphère « ésotéro-occulte », loin – selon l’auteur – de la raison expérimentale (140 pages denses sont consacrées à la question de l’approche rationnelle de « l’œuvre ésotérique de Steiner »).
suite…
Webmestre le 17/03/11 | Envoyer envoyer   Impression impression | Lien Permanent

Le chemin des vignes VALLÉE DE LA LOIRE

Depuis plus d’un quart de siècle, l’équipe de la revue LeRouge&leBlanc sillonne les vignobles, et l’une des régions les plus régulièrement visitées – vignes et caves – est sans conteste la Vallée de la Loire. Sur la base de ce travail, voici aujourd’hui un livre qui mérite son titre : Le chemin des vignes, Vallée de la Loire, réalisé par LeRouge&leBlanc (Les Éditions du Vin) en partenariat avec les Éditions Sang de la Terre.

Des appellations et des terroirs,
des hommes et des vins


Sur son parcours de plus de 1 000 kilomètres, la Loire est festonnée de vignobles : d’abord les Côtes-du-Forez et la Côte Roannaise ainsi que les proches Côtes-d’Auvergne et Saint-Pourçain, puis Pouilly et Sancerre et leurs voisins du Centre-Loire, et enfin l’Orléanais, la Touraine, le Saumurois, l’Anjou et le Pays nantais.
• Une approche originale et libre
• Plus – ou autrement – qu’un guide
• Une sélection très “choisie” de vignerons
• Un grand nombre de vins dégustés et commentés
• 240 pages, 12 cartes








L’ouvrage Le chemin des vignes Vallée de la Loire vise deux objectifs.

• D’une part mettre en avant une certaine conception du vin – à la vigne comme dans le chai –, tout à la fois respectueuse et “créatrice” du terroir qui fonde la notion même d’appellation. La culture biologique et la biodynamie, de ce fait, y tiennent une place importante.

• D’autre part, offrir une approche pratique des appellations, des producteurs et des vins : description des appellations, histoire des AOC, présentation de domaines, avec des centaines de vignerons sélectionnés et vins dégustés. Plus – ou autrement – qu’un guide :

une invitation au voyage et à la découverte du vignoble et de ses vignerons.

suite…
Webmestre le 17/06/10 | Envoyer envoyer   Impression impression | Lien Permanent

QUELQUES HERMITAGES ROUGES DES ANNÉES 1980-1990

N° 82, AUTOMNE 2006

Le Rouge & le Blanc va bientôt se pencher sur l’appellation Hermitage. Une bonne occasion pour goûter, en préambule, une sélection de quelques hermitages rouges arrivés a priori à maturité après un vieillissement de 10 à 20 ans. Nous avons donc privilégié des bouteilles des années 1980 et 1990, avec la volonté de mettre en avant des millésimes aux conditions climatiques plutôt favorables. suite…
Webmestre le 15/05/10 | Envoyer envoyer   Impression impression | Lien Permanent

GRÈCE, CHEMINS DE VIGNES

SUPPLÉMENT N° 91, HIVER 2008-2009

Il suffit d’une charrue d’une lame acérée en une main amie
Il suffit d’une unique fleur
D’un peu de blé pour la gaieté d’un peu de vin pour la mémoire
Et d’un peu d’eau pour la poussière.

Nikos Gatsos, Amorgos(1)

Quelle plus belle destination que la terre de Dionysos pour marquer d’une pierre blanche le 25e anniversaire du Rouge&leBlanc ? Depuis longtemps déjà, initiés tout naturellement par l’un des nôtres, Solon Douligéris, nous nous sommes pris d’un grand intérêt – d’une grande affection, même – pour les vins grecs (2), malheureusement méconnus en France, voire inconnus.
Rien d’étonnant donc à ce que germe parmi nous le projet d’un voyage en Grèce, un projet qui a pris forme au printemps 2008 avec l’aide de Georgios Ioannidis (3) et sous la conduite de Solon Douligéris, tous deux grands défricheurs des vignobles de leur pays et connaisseurs de ses crus.
De Santorin à Naoussa, de Patras à Céphalonie, c’est une approche de la Grèce viticole non exhaustive certes, mais néanmoins un florilège de personnalités vigneronnes, de vins et de paysages qui donne un aperçu des richesses singulières du foyer primordial de la viticulture. suite…
Webmestre le 10/05/10 | Envoyer envoyer   Impression impression | Lien Permanent

AUJOURD’HUI, LA CATALOGNE

N° 93, ÉTÉ 2009

Longtemps les vins espagnols, toutes régions confondues, ont inspiré de la méfiance : ils semblaient trop souvent extraits et presque toujours fatigués par de longs séjours sous bois, notamment dans la Rioja. Puis, aussi peu encourageants mais différemment, sont apparus des vins beaucoup plus "modernes", sombres et denses, marqués par un luxueux boisé épicé, destinés au marché international et souvent très chers, notamment dans les vignobles en vogue comme la Ribera del Duero ou le Priorat. Depuis quelque temps se manifeste une jeune génération qui fait le choix de porter prioritairement l’effort et l’expérimentation sur le travail de la vigne. Illustration en Catalogne. suite…
Webmestre le 05/05/10 | Envoyer envoyer   Impression impression | Lien Permanent

EGON MÜLLER, LE CHALLENGE SLOVAQUE

N° 95, HIVER 2009-2010
Les amateurs du monde entier connaissent au moins de réputation les rieslings d’Egon Müller, nés d’un des plus beaux terroirs allemands, en Sarre.
De ces vins, Egon Müller – quatrième du nom – dit tout simplement qu’il ne peut pas faire mieux que son père.
Mais après l’effondrement de la République socialiste de Tchécoslovaquie et la partition du pays en deux entités, il a saisi l’occasion de faire revivre l’ancien domaine de sa belle-famille dans la région slovaque de Stúrovo.
Deux challenges : faire sortir un terroir, et faire découvrir au monde les vins de Slovaquie, une production aussi importante que ceux d’Autriche, mais qui, faute de qualité, ne sont pas exportés. suite…
Webmestre le 01/05/10 | Envoyer envoyer   Impression impression | Lien Permanent

Le Vin au naturel

image
Webmestre le 11/09/08 | Envoyer envoyer   Impression impression | Lien Permanent

Max Léglise

La vigne et le vin entre Ciel et Terre
un texte de Max Léglise réédité par LeRouge&leBlanc (suppl. au N° 87)

image

LeRouge&leBlanc (sarl Les Éditions du Vin) s’attache depuis plus de 25 ans à défendre le vin vivant. Dans le droit fil de cette démarche, le collectif a décidé de rééditer le texte d’une conférence (1990) de Max Léglise, "La vigne et le vin entre Ciel et Terre". L’auteur (1924-1996), œnologue et chercheur, apporte un éclairage à la fois simple et précis sur la vigne, la culture et la vinification dans un sens qui diffère des tendances œnologiques dominantes. Sa quête est celle de l’authenticité du vin dans l’expression de son terroir.
« Il est vain de s’abstenir de produits chimiques de synthèse dans la phase “culture” – dit-il – si l’on doit en remettre ensuite dans les produits transformés » : d’où l’importance de bien saisir la globalité de ce que sont "la vigne et le vin entre ciel et terre".
Un texte qui mérite plus que jamais une large diffusion : une “pièce au dossier” de la viticulture d’aujourd’hui, en quelque sorte.


L’auteur de "La vigne et le vin entre Ciel et Terre" et sa démarche
image

Bourguignon et œnologue, Max Léglise (1924-1996) a effectué l’essentiel de sa carrière à la Station œnologique de Bourgogne (INRA, Beaune), où il est entré en 1948 et qu’il a dirigée de 1962 à 1984. Esprit ouvert, il s’est intéressé à l’alchimie et à l’œuvre de Paracelse aussi bien qu’à la culture biologique et à la biodynamie. Parti de l’œnologie conventionnelle dominante qu’il a pratiquée dans la première partie de sa carrière, il a fait évoluer sa science de la vigne et du vin et progressivement développé des "Méthodes biologiques appliquées à la vinification & à l’œnologie" (deux tomes, 1994, Le Courrier du Livre). Dégustateur réputé, il a également été l’un des initiateurs de l’analyse sensorielle ("Une Initiation à la dégustation des grands vins", 1976, réédition Jeanne Laffitte).
Plus que tel ou tel point technique (acidification, chaptalisation, etc.), toujours et légitimement contestable, c’est la démarche critique de Max Léglise qui justifie, aux yeux du collectif du Rouge&leBlanc, la réédition du texte publié en 1990, "La vigne et le vin entre Ciel et Terre" (suppl. au N° 87).
Webmestre le 05/08/08 | Envoyer envoyer   Impression impression | Lien Permanent

3 recettes pour les vins de Naoussa

POUR ACCOMPAGNER LES VINS DE NAOUSSA
image

Le naoussa, grand vin rouge de Macédoine (LeRouge&leBlanc n° 87), au nord de la Grèce, appelle des plats typiques pour donner la pleine mesure de ses qualités gustatives : voici quelques suggestions.

- Agneau aux herbes
- Porc aux coings
- Chevreau aux oignons frais
suite…
Webmestre le 13/01/08 | Envoyer envoyer   Impression impression | Lien Permanent

Rhône en Seine

N°83 - HIVER 2006/2007
Dans le cadre fastueux de l’hôtel George V à Paris, une belle présentation des crus de la vallée du Rhône – Nord et Sud confondus – avec nombre de domaines prestigieux, principalement sur les millésimes 2004 et 2005.
suite…
Webmestre le 23/10/07 | Envoyer envoyer   Impression impression | Lien Permanent

Les Grands Crus 2004 de Bordeaux

N°83 - HIVER 2006/2007
Comme chaque automne, fidèle à son habitude, l’Union des Grands Crus de Bordeaux a présenté à Paris le millésime en cours de commercialisation, à savoir 2004. Un millésime plutôt difficile avec ses rendements abondants et ses maturités moyennes (été médiocre) : le risque est donc de rencontrer des vins dilués ou concentrés par de fortes saignées, une extraction poussée, avec des tannins secs. Mais les meilleurs offrent une matière déliée et un fruit franc. Plus que jamais, la qualité et la rigueur du travail des vignes sont déterminantes. Nous avons sélectionné quelques-uns des vins qui ont attiré notre attention. suite…
Webmestre le 23/10/07 | Envoyer envoyer   Impression impression | Lien Permanent