LeRouge&leBlanc n°136

En raison de l'épidémie de COVID-19, la distribution du courrier est perturbée.
Il se peut que vous receviez le revue plus tardivement que d'habitude.

La revue

N° 136
15 €
13 €

Vins de voile

Julienas comme un air de Bourgogne

DOC Etna 2ème partie : De la lave dans les vignes 

A la rencontre du Domaine Bera

Jura-Jerez : Levée de voile sur l'oxydadif

  • Domaine Barmès-Buecher

  • Domaine Benoît Mérias

48 pages
Lire un extrait
Extrait de la revue

ÉDITO

 

Faut-il en rire ou en pleurer ?

 

 

PAR EMMANUEL COSTA SÉDILLE

 

 

Et si, sous couvert de lutter contre “l’agribashing”, les services de l’État ne viseraient pas à contrôler et à museler celles et ceux qui remettent en question l’agriculture industrielle et productiviste ?

En effet, sous l’impulsion du Ministre de l’intérieur, la direction générale de la gendarmerie a créé, début octobre 2019, une cellule de gendarmerie appelée Demeter. Demeter, Demeter, ça ne vous rappelle rien ? La déesse des moissons, bien sûr, mais aussi Demeter, le label le plus connu de l’agriculture biodynamique. Bravo pour le risque d’amalgame !

Et quels sont les objectifs de cette cellule ? On vous le donne en mille : selon les objectifs rendus publics (sur le site Interieur.gouv.fr), il s’agit, d’une part de prévenir « les actes crapuleux » pouvant survenir dans le monde agricole, et d’autre part de suivre « les actions de nature idéologique qu’il s’agisse de simples actions symboliques de dénigrement du milieu agricole ou d’actions dures ayant des répercutions matérielles et physiques ». Et ça n’est pas vraiment un hasard si la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) et le syndicat des Jeunes agriculteurs (JA) ont signé une convention avec la cellule de gendarmerie Demeter… La même FNSEA qui avait manifesté, fin septembre 2017, pour la réautorisation du glyphosate (qui n’a d’ailleurs toujours pas été interdit). Et le glyphosate, lui, il n’a aucune « répercutions matérielles et physiques » sur la santé des agriculteurs et des citoyens ?

De nombreux journaux ont fait état des remous que provoque la création de cette cellule Demeter. Ainsi, le journal Le Monde a relaté que le président d’une association d’information des citoyens sur les pesticides en Haute-Garonne avait été interrogé par un gendarme de la cellule Demeter fin janvier 2020 (avec des questions du type : « les viticulteurs conventionnels sont-ils les bienvenus dans vos réunions ? » ; « quelles actions comptez-vous entreprendre ? »). Demeter (marque collective internationale de la biodynamie certifiée) a protesté dans un communiqué de presse contre « l’usage illégitime » de cette marque créée en 1932 par des agriculteurs souhaitant valoriser et protéger la pratique de l’agriculture biologique.

En février 2020, la Cour des comptes a rendu public un référé envoyé fin 2019 au Ministre de l’intérieur qui déplore que les plans consécutifs au Grenelle de l’environnement (2007) « demeurent très en deçà des objectifs fixés ». Le “Grenelle Environnement” avait notamment pour ambition la réduction de moitié de l’usage des pesticides à l’horizon 2018… Or, les magistrats de la Cour des comptes ont relevé que l’utilisation de pesticides dans l’agriculture avait augmenté de 12 % entre 2009 et 2018 et que leur utilisation avait même bondi à + 21 % entre 2017 et 2018 ! Les magistrats de la Cour des Comptes seraient-ils des détracteurs de la politique agricole française ? Vont-ils recevoir la visite de la cellule de gendarmerie spécialisée dans « la lutte contre les atteintes au monde agricole » ?

S’agirait-t-il d’impressionner, voire de faire taire ceux qui dénoncent le système de l’agriculture industrielle et productiviste dont la FNSEA est l’un des principaux soutiens ?

En tous les cas, quitte à encourir les foudres de la cellule Demeter, le R&B se joint aux dangereux écolo-gauchistes de la Cour des comptes pour s’émouvoir de l’échec de la politique de réduction de l’utilisation des pesticides en France et continuera d’affirmer que les pesticides et les engrais chimiques, outre les dangers qu’ils représentent pour les agriculteurs eux-mêmes et les populations, provoquent une destruction de la vie des sols incompatible avec une agriculture et une viticulture de qualité.