En raison de l'épidémie de COVID-19, la distribution du courrier est perturbée.
Il se peut que vous receviez le revue plus tardivement que d'habitude.

Comptes-rendus

Trilogie en Côtes de Nuits

Retour sur la dégustation du 11 Mars 2019 au Château du Clos de Vougeot
Carte du vignoble de Chambolle-Musigny, par S.Pitiot et JC Servant
Retour sur la dégustation du 11 Mars 2019 au Château du Clos de Vougeot

La cinquième édition de "Trilogie en Côte de Nuits" s'est tenue le lundi 11 mars dans le grand cellier du château du Clos de Vougeot. Près de 80 vignerons des villages de Chambolle-Musigny, Morey-Saint-Denis, Vougeot et Vosne-Romanée présentaient le millésime 2017, et, de temps en temps, quelques échantillons du millésime 2018.

Près de mille professionnels du vin (cavistes, importateurs, journalistes ou blogueurs, restaurateurs…) ont fait le déplacement. Donc, la circulation dans les allées fut parfois compliquée pour cause d'affluence, voire d'embouteillage auprès de certains stands, à l'image de certaines manifestations lors des Grands Jours de Bourgogne.

Les conditions du millésime 2017 dans le secteur, quelques généralités :

  • Après un vrai hiver marqué par des périodes de froid, un mois de mars particulièrement chaud avec un débourrement très précoce.
  • A la mi-avril, un rafraîchissement important avec des risques de gel vers les 19 et 21 avril, cet épisode ayant entraîné une stagnation de la pousse.
  • A partir de début mai, une période bienvenue de pluies et un retour de températures clémentes déclenchant une forte pousse. La pleine fleur s'est produite au début du mois de juin ce qui traduit la précocité du millésime 2017.
  • Fin juin, quasi-canicule mais sans stress hydrique grâce aux réserves en eau accumulées. La vigne se développe sans souffrir de la chaleur. La véraison débute vers le 25 juillet et se poursuit pendant une quinzaine de jours. Les mois de juillet et août sont accompagnés de faibles pluies qui marquent peu les sols... et toujours avec des températures plutôt élevées.
  • Les pressions des diverses maladies sont faibles, de même pour les ravageurs de la vigne.
  • Les teneurs finales en sucre atteignent de bons niveaux.
  • Les vendanges débutent fin août ou tout début septembre.

 

Compte-rendu de la dégustation.

Ce jour, plusieurs cas de figures se présentaient au dégustateur :

  • Le vin proposé était un échantillon prélevé à partir d'une ou plusieurs barriques et mis prématurément en bouteille pour l'occasion sans protection (sulfitage) particulier.
  • Le vin était "en masse" c'est à dire dans un contenant d'assemblage réunissant les jus des différentes barriques du cru, et donc, souvent, récemment sulfité.
  • Le vin était en bouteilles depuis quelques mois ou semaines, les premières mises datant a priori du mois de novembre pour les domaines les plus précoces, et les dernières d'une ou deux semaines avant la dégustation, avec, ici aussi, un sulfitage récent.

Au sein d'un même domaine, on pouvait rencontrer un, deux, voire les trois cas de figures précités.

Il fallait donc si possible interroger les producteurs et faire preuve d'anticipation en dégustant, ce questionnement n'était pas toujours évident compte tenu de la foule.

Quelques domaines, parmi d'autres, ont particulièrement retenu notre attention lors de cet évènement, dans des styles différents et par ordre alphabétique, notamment :

  • Domaine Amiot-Servelle basé à Chambolle-Musigny avec majoritairement des vins de cette appellation présentés dont les trois premiers crus les Plantes, les Charmes et les Amoureuses, tous bien définis dans leur terroir avec une franchise "paysanne".
  • Domaine Berthaut-Gerbet basé à Fixin mais couvrant la plupart des appellations de la Côte de Nuits à l'exception de Nuits-Saint-Georges. Notamment remarqué dans cette maison dirigée par une représentante de la jeune génération, les Vosne-Romanée, dont une entrée de gamme la cuvée Village issue partiellement du climat Les Réas : fraîcheur du fruit et élevage déjà bien "digéré".
  • Domaine Ghislaine Barthod à Chambolle-Musigny dont les vins plutôt rares sur le marché pourraient être considérés comme archétypaux de l'appellation, notamment Aux Beaux-Bruns élégants mais terriens et Les Cras avec plus d'allonge et de tension.
  • Château de la Tour au Clos de Vougeot, le domaine le plus important de cette appellation en surface avec un Clos de Vougeot vieilles vignes à la puissance maîtrisée, voire enrobée par un bel élevage, et une belle évolution sur le millésime 2013.
  • Domaine Bruno Clavelier à Vosne-Romanée. Des vins purs et droits sans artifice et en prise directe avec leur terroir. Mention particulière au climat Hautes Maizières à Vosne, ferme et authentique ainsi qu'aux vieilles vignes du 1er cru Les Beaux Monts à Vosne plus fin et plus long, et dommage que le Chambolle-Musigny 1er cru La Combe d'Orveaux n'ait pas été présenté.
  • Domaine des Lambrays, Clos des Lambrays Grand Cru à Morey Saint-Denis, le dernier millésime réalisé sous l’ère de Thierry Brouin, l’ancien régisseur. Un vin structuré, austère à ce jour mais doté d’une très belle allonge qui laisse entrevoir un brillant avenir.
  • Domaine Stéphane Magnien également à Morey Saint-Denis. Ici aussi, un tout petit domaine avec de la pureté et de la tension permettant une comparaison intéressante entre les millésimes 2017 et 2018 sur deux cuvées emblématiques du domaine : Morey Saint-Denis premier cru Les Faconnières et Clos Saint-Denis Grand Cru.
  • Domaine Perrot-Minot à Morey Saint-Denis mais avec des vignes sur 3 des 4 villages concernés par cette dégustation. Les vins de Christophe Perrot-Minot démontrent la "patte" de ce vinificateur habile, c'est à dire qu'ils sont soyeux, mûrs et dotés d'un boisé raffiné mais pas entêtant. Mention au Morey village La Rue de Vergy situé sur les hauteurs, au-dessus du Clos de Tart et au Chambolle-Musigny 1er cru La Combe d'Orveau.